Alain Supiot : leçon de clôture

Professeur au Collège de France, Alain Supiot vient de faire paraître sa leçon de clôture : “Le travail n’est pas une marchandise”. Bien présent sur nos tables, nous vous invitons à découvrir ou (re)découvrir ses travaux au travers ses plus grands textes tels que  “la gouvernance par les nombres” ou son grand classique “Homo Juridicus”

Patrick Modiano

A l’occasion de la parution du nouveau roman de Patrick Modiano, “Encre sympathique” qui relate la quête d’un homme sur les traces d’une femme disparue, nous vous proposons de découvrir ou redécouvrir l’oeuvre de cet écrivain de la mémoire et de l’oubli, prix Nobel de littérature 2014. Une belle occasion pour se plonger dans le très émouvant “Dora Bruder” ou encore “Rue des boutiques obscures”, prix Goncourt 1978.

Autour de Georges Duby et du Moyen Âge

A l’occasion de la parution dans la collection de la Pléiade des oeuvres de Georges Duby, nous consacrons une large présentation à l’histoire du Moyen Âge. Autour de l’historien du “Dimanche de Bouvines”, vous retrouvez les parutions les plus récentes, à l’image du “Louis X, Philippe V, Charles IV : les derniers capétiens” de Christelle Balouzat-Loubet, ou encore “Le baptême de Clovis” de Bruno Dumézil.

La fabrique de l’écrivain national

De la période du romantisme à la fin des années 60, on ne compte plus les écrivains qui ont incarné la figure du génie national. Anne-Marie Thiesse étudie, dans une perspective comparatiste, le rapport des littératures à la nation. C’est aussi le cas de Régis Debray, qui dans “Du génie français”, propose une comparaison audacieuse entre Stendhal et Hugo pour savoir qui de l’un ou de l’autre représente la quintessence de l’esprit français. Quant à Gisèle Sapiro, ce sont les relations entre les écrivains et la politique qu’elle retrace, ouvrant ainsi une réflexion sur la responsabilité des intellectuels au sein de la nation.

Bacon en toutes lettres

Francis Bacon est l’objet d’une grande rétrospective qui vient de s’ouvrir au centre Pompidou. L’oeuvre de ce peintre majeur du XXème siècle y est analysée à travers les lectures qui l’ont marqué. Outre le complet catalogue “Bacon en toutes lettres”, on (re)lira le texte que Deleuze lui a consacré en 1982, “Francis Bacon : logique de la sensation” et le recueil d’entretiens que publie L’Atelier contemporain.