Une histoire de sexualité

Les éditions Puf viennent de faire paraître l’ouvrage collectif dirigé par Sylvie Steinberg “Une histoire des sexualités” qui revient sur les grandes étapes et les évolutions des normes et des mentalités. Plus près de nous dans le temps, Janine Mossuz-Lavau décrypte en sociologue “La vie sexuelle en France”, tandis que Carolin Emcke aborde les questions de sexualité, d’homosexualité et de désir dans un livre très personnel.

Pierre Guyotat à l’honneur

Avec “Idiotie”, Pierre Guyotat vient de publier l’un des plus beaux livres de la rentrée. Une autobiographie singulière dans laquelle il évoque dans une prose poétique envoûtante ses années de formation entre 18 et 22 ans. Paraît simultanément un essai de Julien Lefort-Favreau, l’occasion également de lire ou  relire l’un de ses livres phares et scandaleux, “Eden Eden Eden”, salué en son temps par Michel Foucault et Roland Barthes. Nous recevrons Pierre Guyotat le jeudi 18 Octobre à 18h30.

 

Aurais-je été résistant ou bourreau ?

Qu’est-ce qui fait basculer un individu du bon ou du mauvais côté de l’Histoire ? C’est à cette question que tentait de répondre brillamment Pierre Bayard dans sa fiction théorique “Aurais-je été résistant ou bourreau ?”. Même interrogation chez l’écrivain espagnol Javier Cercas qui dans “Le monarque des ombres” brosse le portrait de son grand oncle Manuel Mena mort à 19 ans lors de la bataille de l’Ebre du côté des franquistes. On retrouve aussi ce questionnement chez Fernando Aramburu dans “Patria”, un roman ample qui tend un implacable miroir à ceux qui pratiquent la violence armée et à ceux qui la subissent.

De la IVe à la Ve République

La collection Bouquins rééditent en deux volumes l’ouvrage-somme de Georgette Elgey, “L’histoire de la IVe République” de 1945 à 1959. Une oeuvre monumentale que l’on peut retrouver aujourd’hui dans son intégralité. Et pour suivre notre lecture, nous abordons les prémices de la Ve République avec Grey Anderson et son ouvrage au titre évocateur “La guerre civile en France : 1958-1962, du coup d’état gaulliste à la fin de l’OAS”