Au fil des « années sida »

A l’occasion de la sortie du film de Robin Campillo “120 battements par minute”, nous consacrons une vitrine aux années sida dans laquelle essais historiques et politiques et littérature se mêlent. Outre l’histoire de l’association Act Up racontée par Didier Lestrade, ou le très original ouvrage d’Elisabeth Lebovici, “Ce que le sida m’a fait”, retrouvez un choix de textes littéraires parmi lesquels le très beau “Le fil” de Christophe Bourdin.

Les migrants au miroir de la littérature

La question migratoire s’invite chez les écrivains. Au printemps dernier, Patrick Chamoiseau publiait “Frères migrants”, une réflexion originale et poétique sur une problématique qui hante notre actualité. C’est aujourd’hui Marielle Macé qui nous invite dans “Sidérer, Considérer” à porter un autre regard sur les migrants, plus empreint d’empathie et de considération. Sur le même thème,  c’est aussi l’occasion de rappeler le très beau texte publié il y a quelques temps par Maylis de Kerangal “A ce stade de la nuit”.

Des dystopies prémonitoires ?

Le genre de la dystopie, miroir déformé de nos sociétés contemporaines, semble particulièrement fécond. Après l’adaptation en série de “La Servante écarlate”,les Editions Robert Laffont publient le nouveau roman de Margaret Atwood imaginant un monde où l’incarcération volontaire serait la solution aux problèmes socio-économiques. Deux autres romans nous invitent chacun à leur manière à nous interroger sur notre monde en imaginant le pire : “Espace lointain” de Melnik et “Les Sables de l’Amargosa” de Vaye Watkins.

Histoire(s) d’Algérie

Trois écrivains se sont emparés en cette rentrée de notre histoire coloniale et plus particulièrement  des relations entre la France et l’Algérie : Alice Zeniter dans “L’art de perdre”, Brigitte Giraud avec “Un loup pour l’homme” et Jean-Marie Blas de Roblès pour “Dans l’épaisseur de la chair”. Trois romans vibrants où les auteurs révèlent chacun un passé algérien plein d’ombre et de silences. Nous aurons le plaisir de recevoir Brigitte Giraud le mardi 26 septembre à 18h30.

Que la montagne est belle…

Qu’elle fasse l’objet de voyages scientifiques, touristiques ou d’exploration, la montagne suscite la fascination. Approcher la paix des cimes tel fut le rêve de certains grands alpinistes. De nombreux écrivains comme Erri de Luca ou géographes comme Elisée Reclus ont témoigné de leur passion des sommets. Notre vitrine thématique se propose d’explorer les multiples facettes de la montagne, tantôt sublime, poétique, vivante, tantôt aride ou menaçante. Nous recevrons le 21 septembre prochain Paolo Cognetti pour son roman “Les huit montagnes”

De la pédagogie

A cette époque de l’année, la question scolaire et du devenir de l’école s’installe comme un sujet incontournable de la rentrée. Il faut donc saluer la réédition dans la collection “Bouquins” du “Dictionnaire de pédagogie” de Ferdinand Buisson, ainsi que la première parution d’un “Que-sais je ?” sur “La pédagogie Montessori”. Autre grande figure de la pédagogie, Célestin Freinet, dont Emmanuel Saint-Fuscien nous rappelle le parcours dans un ouvrage passionnant.