Icônes du Jazz

Ça swingue sur les tables du rayon littérature française. Deux romans à la frontière de la biographie (ou “biopics en suivant cet anglicisme trop employé) célèbrent deux chanteuses aux destins chaotiques. Philippe Broussard narre un des derniers voyages de Billie Holiday à Paris en 1958 dans Vivre cent jours en un, tandis que paraît en Folio le portrait de la jeunesse de Nina Simone par Gilles Leroy.

    

La Grèce en noir

A l’occasion de la parution du dernier polar de Petros Markaris “Pain éducation, liberté” dans un format poche, nous mettons à l’honneur cet auteur singulier sur nos tables. Après “Liquidations à la grecque” et “Le justicier d’Athènes”, son héros, le commissaire Charitos poursuit ses enquêtes malgré la situation problématique dans laquelle est plongé le pays. C’est une des grandes qualités de cette série que de nous montrer la Grèce sous son jour le plus actuel au coeur d’une crise économique sans fin.

        

Modernité du moyen âge

Durant l’été 2014, Michel Zink nous a fait partager sa passion pour le Moyen âge sur les ondes de France Inter. Ces textes, aujourd’hui réunis dans un ouvrage aux éditions des Equateurs, nous montrent à quel point cette période continue de nourrir notre imaginaire et notre littérature. Ainsi, dans son dernier roman “Le Géant enfoui”, Kazuo Ishiguro nous plonge dans l’atmosphère féerique et chevaleresque propre à cette période en nous contant les aventures d’un vieux couple parti en quête d’un fils depuis trop longtemps disparu.

     

Le Rideau de fer

Dans son livre magistral le Rideau de fer, l’historienne Anne Applebaum analysait la soviétisation de certains pays de l’Europe Centrale. Deux romanciers viennent d’enrichir ce sujet. D’une part, Szilard Borbely dont le roman La Miséricorde des coeurs livre l’histoire émouvante d’une famille hongroise qui multiplie les efforts pour subsister dans la Hongrie au lendemain de l’insurrection de 1956. D’autre part, Andrzej Stasiuk avec Un vague sentiment de perte nous apporte un témoignage autobiographique ancré dans une Pologne mélancolique et également privée de liberté.

   

Ecrivains brésiliens

Le Brésil est cette année le pays invité du Salon du Livre. A cette occasion, nous proposons sur notre site une bibliographie exhaustive ainsi qu’une vitrine thématique consacrées aux écrivains brésiliens d’hier et d’aujourd’hui. Clarice Lispector, Guimaraes Rosa, Chico Buarque ou encore Bernardo Carvalho , c’est une littérature inventive et foisonnante que nous vous invitons à découvrir.

La Grèce dans le roman

Eva, l’héroïne du roman éponyme d’Ersi Sotiropoulos qui vient de paraître aux éditions Stock, erre dans les quartiers fantômes du coeur d’Athènes. Elle écoute, observe et s’aperçoit d’un changement de décor qui devient inquiétant : la crise mine les Grecs. Cette société grecque corrompue et rongée de l’intérieur est aussi présente dans le nouveau roman de Vassilis Alexakis, La Clarinette publié chez Seuil. Le racisme, constate ce dernier, se répand également dans un pays autrefois si accueillant… Nous préparons pour le mois de juin une grande thématique sur la littérature grecque.

       

Albert Memmi

C’est un ouvrage exceptionnel consacré à l’oeuvre de Albert Memmi que viennent de faire paraître les Editions du CNRS. Edition complète et savante, le volume offre également un appareil critique sans précédent des textes du philosophe et pionnier du mouvement dit « postcolonial ». L’occasion pour nous de revenir sur les livres emblématiques de l’auteur, et ses célèbres portraits.

Döblin & Jünger

Il semble apparemment très difficile de trouver plus opposés (que se soit d’un point de vue littéraire ou politique) que Alfred Döblin et Ernst Jünger. Pourtant deux recueils inédits de lettres viennent aujourd’hui donner un autre éclairage sur ces deux hommes et les rapprocher dans leur volonté de rester lucides et clairvoyants dans une époque troublée et complexe. Ainsi Les Belles Lettres publient “Sur les Otages” de Jünger qui revisite un épisode de la seconde guerre et Agone “Savoir et changer” où Döblin s’adresse à un jeune homme afin de dissiper certains malentendus consécutifs à la publication de “Berlin Alexanderplatz”.

     

Les Editions Agone

A l’occasion du vingt cinquième anniversaire de la création des Editions Agone, nous avons choisi de mettre en avant toute une série de titres, poches et grands formats, emblématiques de leur catalogue. Sur table ou en vitrine retrouvez des auteurs comme Paul Nizan, les historiens américains Howard Zinn ou Kristin Ross, ou encore l’ouvrage essentiel de Burnett Bolloten consacré à la Guerre d’Espagne.

Deux iraniennes

Ancien rapporteur pour les Nations unies, Ramita Navai aujourd’hui exilée à Londres a beaucoup observé sa ville Téhéran.  “Vivre et mentir à Téhéran” fourmille de portraits et capte les situations ordinaires de ces iraniens ballotés par les changements politiques successifs. S’éloignant du journalisme littéraire, Parisa Reza signe quant à elle “Les jardins de consolation” une fresque romanesque qui revient sur l’histoire de l’Iran des années 1920 à 1953 par l’entremise de la saga familiale.