James Lee Burke

L’oeuvre de James Lee Burke est souvent associée à la série des enquêtes de son héros Dave Robicheaux, dont une des dernières aventures, “Swan Peak” fut publiée au printemps dernier. Aujourd’hui, les Editions Rivages publient le premier roman de l’auteur jusque là inédit en français. “La moitié du paradis” recèle déjà tout le lyrisme et l’atmosphère pesante du “Deep South” cher au romancier.

                                  

Spinoza, héros de roman

Quelques mois après la publication du roman d’Irvin Yalom, “Le problème Spinoza” où le philosophe était une figure romanesque à part entière, c’est au tour de John Berger avec  “Le carnet de Bento” d’évoquer ce penseur iconoclaste à travers un livre inclassable, à la fois carnet de croquis, journal ou encore traité philosophique et poétique.

                                          

 

L’Europe des esprits

En pleine révolution industrielle et scientifique, le spiritisme connaît un essor sans précédent, entraînant dans son sillage savants, intellectuels et artistes. Deux ouvrages reviennent sur cet engouement que connut l’Europe au XIXème siècle : “Les voix d’outre-tombe” de Guillaume Cuchet et le catalogue de l’exposition en cours à la Maison de Victor Hugo : “Entrée des médiums, spiritisme et art de Hugo à Breton”.

                                                      

Utopie(s)

“Le dernier des gentilhommes et le premier des socialistes”. Ainsi était qualifié Claude-Henri de Saint-Simon, dont les Editions des PUF publient les oeuvres complètes. Ses idées ont influencé la plupart des courants philosophiques matérialistes ou utopiques du XIXe siècle. Une pensée utopique qui ne cesse aujourd’hui de se diversifier et que “L’Atlas des Utopies” (Le Monde Hors-Série) met à l’honneur.

                                         

Contester

C’est un ouvrage sans équivalent sur l’histoire des mouvements sociaux que publient les Editions de la Découverte. Vaste panorama des engagements collectifs, des mouvements ouvriers, syndicaux ou des minorités, il témoigne “de la variété et de l’inventivité des formes de luttes et de mobilisations”. Comme le rappelle les auteurs de “La désobéissance civile” (Sciences-Po), contester, c’est aussi se battre au nom d’une certaine morale.

                                       

Port-Royal

Foyer spirituel du Grand Siècle, mouvement précurseur des Lumières, Port-Royal fut au coeur de la vie politique et religieuse du XVIIè siècle.  L’anthologie dirigée par Laurence Plazenet, composée de textes pour certains inédits ainsi que notre nouvelle vitrine thématique tentent de mettre en lumière les heures sombres et glorieuses de ce monastère flamboyant qui défia l’absolutisme de Louis XIV.

La Mémoire du plomb

Dans “La mémoire du plomb” Karl Laske revient sur le parcours de ces jeunes italiens révoltés qui n’avaient d’autre projet politique que la « vengeance prolétaire » et dont Cesare Battisti reste une figure emblématique. Dans un numéro très complet de la revue Autrement : “L’Italie des années de plomb”, Marc Lazar et Marie-Anne Matard-Bonucci étaient également revenus sur ces sombres années.

                                                  

L’Apocalypse en images

Du Mexique à la Chine, en passant par la Mésopotamie et la Grèce antique, toutes les cultures ont imaginé la fin du monde. Jean-Noël Lafargue recense  dans “Les fins du monde” toutes ces légendes et leurs représentations. Au même moment, Peter Szendy montre dans “L’Apocalypse-cinéma” comment le 7ème art s’est emparé de ce mythe pour mettre en scène sa propre fin, inlassablement.

                                             

Jim Thompson

Avec “L’assassin qui est en moi” et “L’échappée”, les Editions Rivages  publient pour la première fois, en traduction intégrale,  les oeuvres de Jim Thompson. Une occasion de redécouvrir l’univers du grand auteur américain qui dans les années 40 et 50 écrivit la plupart de ses romans, et dont le cinéma s’est inspiré à de multiples reprises jusqu’à aujourd’hui.

                                             

Une histoire russe

1941. Alexander Werth se trouve à Moscou. Dans la capitale soviétique soumise aux raids aériens de la Wehrmacht, il consigne la vie de tous les jours, l’ambiance de la ville et les angoisses qui s’installent. Un témoignage rare publié aux Editions Tallandier par son fils Nicolas Werth, auteur, par ailleurs d’une “Histoire de l’Union soviétique” dont la dernière édition vient de paraître aux Editions Puf (Collection Quadrige)