Echenoz s’en va t’en guerre

Céline, Cendrars, Junger, Hemingway, Barbusse…nombreux sont les écrivains qui ont écrit, par le biais du roman ou du témoignage, sur la Première Guerre Mondiale. Alors que Jean Echenoz publie en cette rentrée “14”, petit chef d’oeuvre miniaturiste, notre nouvelle vitrine thématique brosse un panorama représentatif des auteurs qui ont rendu compte de cet épisode traumatique et fondateur du XXè siècle.

Le Pays où naquit le blues

Véritable panorama des relations sociales et raciales dans le Sud des années 40 et 50, “Le pays où naquit le blues” est un témoignage essentiel sur l’Amérique des laissés-pour-compte. Souvent comparées, et à juste titre, au livre de James Agee “Louons maintenant les grands hommes”, les mémoires de Alan Lomax étaient attendues en français  depuis près de 20 ans.

                                        

La longue vie du livre

A l’heure des nouveaux dogmes de la dématérialisation, trois ouvrages redonnent à l’objet livre ses lettres de noblesse : “Six siècles d’art du livre” (Citadelles) revient, de l’incunable au livre d’artiste, sur son évolution esthétique, quand le dernier numéro de la revue “Terrain” (M.S.H.) et surtout “La chair du livre” (P.U. Paris Sorbonne) replacent le livre dans son rôle de vecteur culturel et symbolique en phase avec son époque.

                           

Juifs d’Algérie

L’une des plus importantes communautés juives d’Afrique du Nord était celle des Juifs d’Algérie, et le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme  lui consacre une très belle exposition dont le catalogue vient de paraître (Skira / Flammarion). Nous parcourrons leur histoire et leur culture par le biais de la littérature aussi (“Une enfance juive en Méditerranée musulmane”) ou dans le très beau livre de Joëlle Bahloul “La maison de mémoire” (Editions Anne-Marie Métailié)

                         

Autour de Roger Nimier

Une riche actualité éditoriale accompagne le cinquantenaire de la disparition de Roger Nimier, auteur anticonformiste et chef de file des “Hussards” : un nouveau Cahiers de L’Herne, un recueil inédit  “Bal chez le gouverneur” et des réflexions impertinentes sur la littérature “Les écrivains sont-ils bêtes ?”. Humour, mélancolie, et désinvolture sont au rendez vous chez cet écrivain à la plume corrosive et douce amère.

                   

Grands textes, Petits prix

La brièveté n’est pas incompatible avec le chef-d’oeuvre. Récits, poèmes, essais, … autant de genres où les écrivains se sont illustrés dans des textes courts et percutants. Parmi ces textes, une petite sélection éminemment subjective : “Ecorces” de Georges Didi-Huberman, “La langue inconnue” de Valère Novarina, “Jérome Lindon” de Jean Echenoz, “Vie de Joseph Roulin” de Pierre Michon, “Notre besoin de consolation est impossible à rassasier” de Stig Dagerman, “Le livre de la pauvreté et de la mort” de Rilke, “La traductrice” d’Efrim Etkind ou “Entretien dans la montagne” de Paul Celan.

                

La fin du village

La carte postale est un peu jaunie, les couleurs sépia, et pourtant, tous les documents réunis dans l’album “les paysans” (Les Arènes) témoignent de la grande histoire du monde rural. Un monde dont Jean-Pierre Le Goff se fait également le chroniqueur dans “La fin du village” (Gallimard), récit fascinant où entre traditions et modernité, il décrit les bouleversements d’un territoire, et une mémoire qui peu à peu s’éteint.

                                  

Autour de la Princesse de Clèves

“Je suis un disciple de Valincour” nous déclarait Jean-Michel Delacomptée lors d’une rencontre à la librairie. A trois siècles de distance, tous deux sont les auteurs d’une lecture passionnante du roman de Madame de La Fayette. “Passions, la princesse de Clèves” (Arléa) et “Lettres à Madame la Marquise sur le sujet de La Princesse de Clèves” (Garnier Flammarion) font évoluer la critique littéraire vers un véritable “art de lire”.

                                      

Sur Écoute

Plongée au coeur de la ville de Baltimore, “Sur écoute” est une série qui a marqué son temps, servie par une écriture scénaristique renouvelée et des auteurs tels que George Pelecanos, Dennis Lehane ou Richard Price dont le roman “Clockers” vient de paraître en poche. Son principal instigateur, David Simon, publie aujourd’hui en français “Baltimore”, document fondateur de la série dans lequel il dresse le portrait d’une cité à la dérive.

                                       

Saul Bellow et Philip Roth

Nouvelles traductions des deux chefs-d’oeuvre de Saul Bellow dans la collection Quarto (Gallimard) : “Herzog” et “La planète de Mr Sammler”. Une édition préfacée par Philip Roth et marquée par une filiation évidente entre les deux romanciers américains ; Philip Roth dont le nouveau roman “Némésis” vient de paraître.