Autour de Aharon Appelfeld

C’est en 2013, soit cinq ans avant sa mort, que l’auteur publiait ce roman qui vient d’être traduit en français sous le titre “Mon Père et ma Mère”. Situé à l’été 1938 en Europe centrale, c’est de manière magistrale que l’auteur évoque ces dernières vacances avant la guerre et la fin d’un monde. L’occasion de se replonger dans l’oeuvre d’un des plus grands écrivains de notre temps.

Revivre la Belle Epoque

Deux titres de l’écrivain anglais Julian Barnes font revivre le tourbillon intellectuel, artistique et social de la Belle Epoque. Alors que “L’Homme en Rouge” évoque cette période à travers la figure de Samuel Pozzi, “Dans la Loge, pas dans une Boîte” le fait à travers la peintre américaine Mary Cassatt. C’est également l’occasion de redécouvrir Jean Lorrain, incarnation par excellence de l’écrivain mondain propre à cette époque.

Henry James

Figure majeure de la littérature du XIXè siècle, Henry James s’est essayé à tous les genres de la nouvelle aux récits de voyages. Deux parutions viennent enrichir notre perception de cette oeuvre foisonnante. “Voyages d’une Vie” permet de nous promener entre l’Italie, l’Angleterre et l’Amérique alors que “La Princesse Casamassima” nous fait découvrir un James plus politique et social. N’oublions pas qu’il est l’auteur de “Portrait de Femme”, chef-d’oeuvre de roman psychologique.

Pour redécouvrir Katherine Mansfield

Katherine Mansfield fait partie de ces immenses nouvellistes dont on a tendance à oublier le talent et l’influence. Virginia Woolf ne cessera d’ailleurs jamais de rendre hommage à son écriture extrêmement précise et sensible. La publication de recueils de nouvelles inédites et une nouvelle traduction de la “Garden-party” viennent confirmer que l’oeuvre de cette auteure constitue l’un des sommets du genre.

Autour de Melville

Certains textes du grands romancier américain Herman Melville étaient indisponibles depuis longtemps. Les éditions Gallimard s’emploient donc à publier à nouveau dans leur collection Imaginaire “Pierre ou les Ambiguïtés” et “Vareuse-blanche”. Parallèlement à ces deux romans, paraît le magnifique texte de Giono intitulé “Pour saluer Melville”, véritable exercice d’admiration pour l’homme et son oeuvre.

Mathieu Riboulet

Porté par une prose poétique envoûtante, le dernier texte posthume de Mathieu Riboulet entrecroise avec brio l’intime et les soubresauts tragiques de l’année 2015. Pour accompagner cette publication, les éditions Verdier font paraître un livre d’hommage ”Compagnie de Mathieu Riboulet” consacré à cet écrivain disparu trop tôt qui a marqué de son empreinte la littérature contemporaine. Une belle occasion pour lire ou relire l’un de ses livres phares “Entre les deux, il n’y à rien”.

Les cinquante ans de la collection Points

La collection de poches Points fête ses cinquante ans. Ainsi un certain nombre de titres emblématiques voit leur couverture repensée ainsi qu’un bon nombre de leurs succès les plus récents. Une bonne occasion de redécouvrir cette collection incontournable qui vous permet de vous offrir à petit prix Di Lampedusa, Mankell ou encore Agota Kristof

Albert Camus

Il y a soixante ans, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. Jamais l’aura de son oeuvre n’aura été ternie et Camus reste un des auteurs les plus lu et étudié aujourd’hui. Deux ouvrages, un essai de Vincent Duclert et un abécédaire viennent enrichir et compléter notre approche d’un homme et d’une pensée plus que jamais d’actualité.